Biographie professionnelle

Je présente ici de manière synthétique mon cursus professionnel, qui est un peu atypique. Un CV un peu plus détaillé est accessible ici.

Première période : formation initiale.

Bac technique puis BTS électronique en 1985. Passionné d’électronique, je fais le choix de l’entrée dans la vie professionnelle après des études “courtes”.

Deuxième période : TEB

De 1986 à 1990, je’occupe un poste de technicien d’études chez Technique Electronique Bourgogne, une PME spécialisée dans la conception, l’installation et la maintenance de systèmes robotisés de surveillance vidéo. J’assure notamment la conception de systèmes à micro-contrôleurs dédiés au contrôle à distance de caméras montées sur rails.

Troisième période : Etudes en Informatique.

De 1991 à 1996, je reprends mes études en préparant une licence, puis une maîtrise, un DEA et un doctorat en informatique à l’université de Bourgogne. Je soutiens ma thèse de doctorat en 1996, sous la direction du professeur Jean-Jacques Chabrier.

Quatrième période : Maître de conférences à Lens.

Recruté en 1996 à l’université d’Artois, j’y assure des responsabilités d’enseignement en licence et maîtrise d’informatique jusqu’en 2001. Pendant la même période, je fais des recherches sur SAT (problème de satisfaisabilité propositionnelle) et autre problème connexes à variables Booléennes au CRIL (Centre de Recherche en Informatique de Lens).

Cinquième période : Maître de conférences à Dijon.

J’arrive en mutation à l’université de Bourgogne en 2001 ou je continue mes recherches au LERSIA, une équipe d’accueil spécialisée dans les systèmes intelligents et leurs application. Je co-encadre les thèses d’Emmanuel Sapin et d’Alain Sidaner, puis je soutiens une habilitation à diriger des recherches sous la tutelle de Jean-Jacques Chabrier. Après la dissolution du LERSIA, je fais le choix de rester “hors laboratoire” pour pouvoir consacrer tout mon temps de recherche à la thématique que j’ai contribué à introduire : les techniques traduction de contraintes, notamment en clauses propositionnelles, permettant de conserver la puissance de déduction des propagateurs associés aux contraintes d’origine.

Parallèlement, j’assure différentes responsabilités d’enseignement, notamment en L2, L3 générale parcours informatique, M2 professionnel et et licence professionnelles Systèmes Informatiques et Logiciels.